Jimbere

Kirundi French English
Actualité

Bisbilles dans la Fédération Burundaise de Taekwondo

Le flou règne en maître à la FEBUTA. 2 groupes de non-pratiquants ont été envoyés à la place des athlètes pour représenter le Burundi en Corée du Sud par le président de la fédération, Cyprien Bigirimana. Sans surprise, ces personnes se sont volatilisées dans la nature. Autopsie d’un scandale sportif

Nous avons pu examiner les profils des « athlètes » sélectionnés pour se rendre en Corée du Sud pour représenter le Burundi aux Word Taekwondo Poomsae 2022: les délégués ne sont pas des taekwondoïstes.

Le premier des groupes en question est parti en Corée du Sud au mois d’avril 2022. « Nous sommes tombés des nues en constatant la « liste des athlètes » envoyés. La liste n’est pas même passée dans les mains du sélectionneur national Innocent Ndikumana, qui n’a pas pu par ailleurs, voyager avec l’équipe sélectionnée », confient certains membres de la FEBUTA qui ont pu parler à Jimbere.

Cela ne s’est donc pas arrêté là, car, même au mois de juin, Cyprien Bigirimana, patron de la FEBUTA, a récidivé en envoyant un autre groupe de non-pratiquants en Corée du Sud, cela alors que l’assemblée générale de la fédération qui avait eu lieu le 29 avril 2022 avait pris position contre ces missions « clandestines », invitant le président de la fédération à ne plus s’ingérer dans le choix des joueurs qui représentent le pays, puisque cette mission est du ressort du sélectionneur national. Selon nos sources, le deuxième groupe envoyé avait à bord, le neveu du président de la fédération.

Toutes ces bavures de la part du président de la FEBUTA ont conduit Jean Claude Ndikumana, trésorier de la fédération, à démissionner de ses fonctions Le 14/06/2022. Dans sa lettre, il a surtout épinglé le fait que des non-pratiquants soient envoyés représenter le Burundi dans une compétition internationale.

Vous saurez que 27 clubs membres de la FEBUTA ont saisi le Comité National Olympique, le 16 juin 2022 pour l’inviter à trancher le contentieux. Sans réponse pendant un mois, les 27 ont adressée au CNO une autre correspondance de rappel le 19 février 2022 qui est restée, elle aussi sans réponse. Nous avons contacté Salvator Bigirimana, le secrétaire général du CNO, qui nous a informés que le cas est toujours sous examen d’où le retard de la réponse.

Nous essayons depuis 2 semaines de joindre le président de la FEBUTA sur son téléphone portable pour s’exprimer sur le sujet sans succès.

A suivre...

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top