Jimbere

Kirundi French
Entrepreneuriat

« Kankoni », le relais entre les champions

Outre son but ultime qu’est la promotion de l’autonomisation des jeunes par les jeunes, le programme NUKU propose un cadre de rencontre et d’échanges d’expériences. Retour sur un événement d’accompagnement entre jeunes entrepreneurs, champions, à l’occasion d’un échange de relais.

En milieu rural, les jeunes sont réellement à l’œuvre. L’enquête sur les conditions de vie des ménages au Burundi (EICVMB 2019/2020) montre que le taux de chômage en ville est de 17,2% contre 1,1% en milieu rural. Les différentes descentes dans les provinces au cours des reportages NUKU ont permis de faire le même constat.

Nombreux sont des jeunes qui s’essayent dans l’agri-élevage, d’autres exercent des métiers tandis que d’autres interviennent dans le commerce général, l’artisanat, la transformation, le domaine des services, etc.
Pour y parvenir, ces jeunes tirent généralement leurs connaissances dans l’autoformation, les uns pratiquant « l’essai-erreur », les autres ayant recours à l’internet ou apprenant sur le tas grâce à leurs pairs.

La journée Kankoni (mot kirundi décrivant le jeu de bâton-relais) clôture officiellement les activités annuelles de la campagne NUKU. 2021 avait vu la participation d’un jeune modèle par province, avec comme mission de choisir quelqu’un d’autre parmi les entrepreneurs en herbe de sa province d’origine, pour lui passer le relais afin qu’il assure, à son tour, le même rôle durant 2022. On attend la nouvelle cuvée avec impatience.

NUKU veut plus que cela…

L’idéal de NUKU, c’est de faire écho des réalisations des jeunes aux jeunes, établir une transmission du savoir-faire. C’est de faire comprendre à chacun et chacune qu’il/elle peut le faire: Nawe Urashoboye KUbikora.

Mais comment et avec quel moyen ? Là est toute la question. Il suffit d’observer Nina, jeune modèle de Karusi, qui est parvenue à développer autour d’elle toute une communauté de jeunes de sa localité et même d’ailleurs comme Gitega, Ngozi, Bujumbura, pour un accompagnement de proximité dans le décor. Côme de Cankuzo a, quant à lui, inspiré Pascal et Eric, deux jeunes chômeurs qui sont devenus des agriculteurs en herbe avec une grande détermination quelques jours après grâce à son coaching. Encourageant de voir tous les jeunes touchés par la campagne NUKU, animés de la même détermination de transmettre volontairement des connaissances à d’autres jeunes. Mais cette volonté, d’où vient-elle ?

Tony Brillant nous partage l’impression qu’il a eue après avoir lu une publication sur les réseaux sociaux relatant le parcours de Francine, sa voisine propriétaire d’un bar tout près du marché de Rutana : « Je connaissais Francine comme une voisine, mais rien sur son idée de bistrot. Mais tout d’un coup, son histoire m’a tellement inspiré que je me suis vite rendu chez elle pour en parler davantage… » Propos confirmés par Francine qui affirme que Brillant l’a approchée et qu’elle se sent très fière de l’avoir aidé à monter une affaire qui génère du Fbu. Et c’est toute cette formule qui s’applique à tous.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top