Jimbere

Kirundi French English
Entrepreneuriat

Les grands défis de l’écosystème entrepreneurial au Burundi

Commanditée par l’ambassade des Pays-Bas au Burundi en septembre 2021, une cartographie du système entrepreneurial burundais a été conduite par l’équipe Ingenious City. Elle schématise l’écosystème des parties prenantes dans l’entrepreneuriat, retrace les principaux défis et en formule des voies d’amélioration.

Selon cette étude, cinq défis majeurs freinent le développement de l’entrepreneuriat au Burundi. Il s’agit du manque de culture entrepreneurial, de l’inadéquation de l’offre du système éducatif aux besoins du milieu professionnel, du faible accès aux financements et le manque d’informations (connaissances financières, communication et infos utiles) et enfin de la fracture numérique.

Pour arriver à de telles conclusions, les experts d’Ingenious City ont passé des jours à observer et interroger pas mal de gens. Ces derniers sont unanimes: le système éducatif est l’un des plus grands obstacles pour le développement de l’écosystème entrepreneurial.
Les universités enseignent certes des cours généraux tels que la comptabilité, le marketing et la finance, mais même ces contenus ne sont pas adaptés aux besoins du marché. Cela explique, en partie, pourquoi les incubateurs et les hubs assument actuellement le rôle d’éducation des aspirants entrepreneurs en proposant des formations, des cours et des compétences.

Corollairement à cela, la culture burundaise n’encourage pas l’esprit d’entreprise. Elle le considère comme une activité entreprise par des personnes qui n’ont pas réussi à l’école ou à obtenir un poste dans une entreprise. Du coup, ceux qui osent entreprendre se heurtent plus souvent au manque de financements. En effet, a majorité des institutions financières burundaises n’offrent pas de services conçus spécifiquement pour les entrepreneurs. Les produits financiers proposés ne comprennent pas toujours de délais de grâce et n’offrent pas toujours de réelles facilités de crédit pour les fonds de roulement.

Le manque de culture numérique limite les entrepreneurs

L’accès à la bonne information est aussi un obstacle rencontré par la majorité des entrepreneurs interrogés. D’une part, leur méconnaissance des acteurs étatiques, financiers et d’appui, ainsi que de leurs conditions et exigences, les empêche de saisir la balle au bon bond. D’autre part, les structures et initiatives d’appui à l’entrepreneuriat ne communiquent pas clairement sur leurs missions, offres et programmes.
Cela signifie que très souvent, les entrepreneurs ne savent pas à qui s’adresser et ne sont pas conscients de ce dont ils peuvent bénéficier en contactant l’une ou l’autre structure.

De nos jours, l’entrepreneuriat rime aussi avec le numérique. Cependant, le Burundi peine encore à avoir une stratégie pour la culture numérique qui porte ses fruits.
Les stratégies sectorielles actuelles du Burundi reconnaissent l’importance d’investir dans la technologie numérique. Cependant, elles manquent une approche globale avec une feuille de route exploitable et des ressources suffisantes derrière elle.
La transformation numérique nécessite un leadership politique de haut niveau et une coordination institutionnelle efficace au sein du gouvernement et de l’écosystème au sens large.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top