Jimbere

Kirundi French
Société

Messages accusateurs : dilemme entre la responsabilité individuelle et collective

La société, dans son ensemble, est toujours confrontée aux maux de tout acabit. Si elles ne sont pas judicieusement gérées, certaines accusations entre membres d’une communauté peuvent aboutir à une violence sans merci. Le point

Comme dans toute entité, les tribulations font partie des dynamiques sociales. Dans le quotidien, certains faits peuvent créer un malaise collectif. Sur la colline Rugazi, en commune Muzinda, de la province Bubanza, la population relève des cas d’accusations de sorcellerie qui ont longtemps ébranlé la cohésion sociale.

Basées sur des superstitions, ces pratiques de magie noire – qui portent préjudice par ailleurs à la vie des personnes et de leurs biens- dépassent l’entendement chez plus d’un. De quoi faire naître des soupçons dans la communauté, qui virent dans des accusations souvent gratuites.

K.D*, habitant à Muzinda en a vu de toutes les couleurs. Ce qui le révolte, insiste-t-il, est que les membres de toute une famille ou une collectivité soient taxés délibérément d’être la source du malheur des autres : « Des fois certaines personnes sont identifiées comme sorciers, à tort ou à travers, mais le plus outrageant est que toute une colline soit  injustement accusée de telles pratiques. »

Loin d’être un cas isolé, ces comportements d’accuser un groupe se manifestent aussi dans des cadres professionnels. M.N*, un agent de santé communautaire à Rugazi, regrette que certains patients se lamentent d’une façon générale de la qualité de prestation du personnel soignant au niveau des centres de santé : « Si un ou deux infirmiers n’ont pas été à la hauteur de leur engagement, puisque ça peut arriver, cela ne doit pas être porté sur le dos de tout le personnel médical. Plutôt, la population doit se ressaisir et pointer du doigt là où le bât blesse. », souligne-t-il.

Dr Hélène Mpawenimana, docteur en sciences de la communication

La nécessité du dialogue social

Un climat malsain s’installe toujours dans une communauté où pullulent des propos accusateurs, met en garde Dr Hélène Mpawenimana, docteur en sciences de la communication. Pour elle, le fait de jeter du tort à tous les membres d’un groupe pressenti comme la cause des maux qui tourmentent la société est une erreur à éviter : « Les accusés peuvent se solidariser contre leurs accusateurs pour se faire justice et le mode opératoire est souvent moins rassurant quant à la sécurité des uns et autres. »

Mme Mpawenimana appelle à préconiser des enquêtes approfondies pour bien déterminer les auteurs réels des faits en question, dans le souci de se mettre ensemble pour résoudre les défis qui hantent la communauté. « Les deux parties doivent vaincre la colère et se rapprocher pour chercher les racines du problème qui les opposent, afin de rasséréner les rapports sociaux », conclut-t-elle.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top