Jimbere

Kirundi French English
Santé

Le choléra a déjà fait des victimes

Une épidémie de choléra a éclaté, fin 2022, au nord du district sanitaire de Bujumbura Mairie. D’après le bilan du ministère de la santé, l’on dénombre un mort et 66 personnes déjà infectées. D’autres sources parlent de plusieurs victimes…

L’épicentre de cette épidémie se trouve au quartier Bukirasazi I de la zone Kinama en commune Ntahangwa. Les habitants de cette localité indiquent avoir mal passé les fêtes de fin d’année à cause du choléra survenu le 26 décembre. Propos corroborés par Sébastien Ndikumana, un des conseillers collinaires dudit quartier qui confirme le bilan de 23 personnes identifiées, depuis fin décembre, dont 2 personnes mortes.

Ornella Irakoze, habitant également le quartier Bukirasazi, affirme avoir perdu deux membres de sa famille à cause du choléra.  « C’était vers 15h, mon petit frère avait eu une grosse fièvre, des vomissements et diarrhées. Nous l’avons conduit à l’hôpital, des médicaments lui ont été administrés en vain. Vers minuit, son état s’est aggravé et il a succombé », se rappelle-t-elle, les larmes aux yeux.  Comme le malheur ne vient jamais seul, leur grand-mère n’a pas été épargnée par l’épidémie. Elle est morte quelques heures après son petit-fils.

Une épidémie plus ou moins maitrisée

Concernant les causes de cette épidémie, les habitants de Bukirasazi I pointent du doigt les conditions sanitaires dans lesquelles ils vivent : « Des eaux usées et autres déchets provenant de Kinama et d’aux autres quartiers de la mairie, viennent échouer dans notre localité. » Bien plus, se plaignent-t-ils, toute sorte d’immondices débordent le caniveau d’évacuation des eaux usées, celles-ci rentrent dans les maisons et infectent vivres et l’eau potable, ce qui faire resurgir ces maladies qui étaient presque oubliées dans cette localité.

Et de remercier la Croix Rouge pour son aide en réservoir d’eau propre. Côté ministère en charge de la Santé Publique, l’appel de renforcer les mesures d’hygiène a été lancé à la population, spécialement aux habitants de Bujumbura. Espérons qu’il sera entendu et suivi à la lettre. Malgré la peur suscitée par l’annonce de cette épidémie pendant les jours de fêtes et les inquiétudes par rapport à cette maladie des mains sales, la situation semble être maitrisée par les services de santé. Contacté, Dr. Chloé Ndayikunda, porte-parole au ministère de la Santé Publique et Lutte contre le Sida, donne un bilan provisoire d’une victime morte à l’Hôpital Prince Régent Charles, 66 malades en espace d’un mois dont 49 cas guéris, 14 hospitalisés, et deux malades qui ont fui l’hôpital. Concernant les deux morts de Bukirasazi I, elle estime que rien n’atteste que la cause de leur décès est le choléra.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top