Jimbere

Kirundi French English
Football

CECAFA U20: une élimination qui ne passe pas

Battu ce 5 novembre 2022 par le Soudan (1-0), pays hôte de la CECAFA, la sélection nationale des juniors déçoit encore une fois. Côté supporters, cette énième élimination des Intamba est difficile à digérer d’autant qu’ils avaient tout pour se qualifier, disent-ils. Bien plus, cet échec démontre un profond malaise au sein des équipes nationales des jeunes.

Jules Irankunda, Président du groupe des supporters d’Intamba, ne cache pas sa colère « C’est quand même incroyable, on a été éliminé alors qu’on avait notre destin en main. Un match nul aurait suffi pour que nous nous qualifions. » Pourtant, dès leur entrée en lice dans cette compétition régionale, ces juniors avaient suscité beaucoup d’espoirs chez les amateurs du ballon rond burundais. Ils avaient infligé une lourde défaite à la Djibouti (5-0). Même le Président de la République les avait félicités à travers un tweet.

Au lieu d’enchainer avec la deuxième rencontre, ils seront tenus en échec en faisant match nul (o-o) avec la jeune équipe sud soudanaise.  Un adversaire que le sélectionneur national Gustave Niyonkuru, avait semblé « minimiser » en assurant qu’il gagnerait le match : « J’ai visionné à maintes reprises comment les Bright stars jouaient, nous avons toutes les capacités et les chances de les vaincre », avait-il annoncé avant le match.

Pour passer la phase des groupes, il ne fallait pas perdre le dernier match face au Soudan. A défaut d’une victoire, un match nul pouvait faire l’affaire. Malheureusement, c’est le mauvais scénario qui s’est produit. Les poulains de Gustave Niyonkuru ont perdu le match par la plus petite marge au score (1-0), anéantissant ainsi tous les espoirs de voir le Burundi se qualifier à la Coupe d’Afrique junior qui se déroulera en Egypte.

La sélection nationale mal en point

Cette élimination survient après une série de revers des différentes catégories des sélections nationales. Le 9 octobre 2022, les cadets ont été éliminés au CECAFA alors qu’ils étaient dans un groupe moins relevé (avec l’Ouganda et le Soudan du Sud). De même, l’équipe nationale des locaux, s’est inclinée au mois de juillet devant la modeste équipe de Djibouti ratant au passage la qualification au Championnat d’Afrique 2023 (CHAN).

Cette succession de mauvaise résultats n’est pas le fruit du hasard. Des problèmes qui minent la sélection sont multiples. Notamment, le manque de moyens pour la préparation des sélections nationales. Difficile de savoir si c’est la fédération ou le ministère des Sports   qui se chargent pour payer les frais des équipes nationales.

S’ajoute à cela le temps de préparation insuffisant. Le sélectionneur est souvent nommé à un mois du début d’une compétition. Convoqués, les joueurs n’ont que 2 ou 3 semaines pour s’entrainer ensemble. Difficile pour un entraineur de donner des résultats satisfaisants dans de telles conditions. Quatre ans après la promotion de la vision 2026 de la direction technique nationale, la Fédération de Football du Burundi a toujours du mal à développer les équipes des jeunes.

L’équipe senior, quant à elle, reste sur un échec de non qualification à la CAN 2021. 22 joueurs ont été récemment retenus pour préparer un match amical le 16 novembre contre la Côte d’Ivoire. Cette sélection a été décriée par nombreux supporters qui remettent en cause les choix de l’actuel sélectionneur national et entraineur du Club Messager Ngozi, Jimmy Ndayizeye. Selon eux, ce cumul de fonction handicape ses choix car il n’a pas le temps suffisant de suivre tous les internationaux performants. Ils estiment qu’il convoque quasiment les mêmes joueurs. Des cadres vieillissants dont le rendement n’est pas à la hauteur des attentes.


Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top